25/03/2009

L'Annonciation

angelico27_Altarpiece_de_l_Annonciation_1430-1432._Florence._Tempera_o_jpeg-2

 

L’évangile de Jésus Christ selon st Luc 1,26-38

 

Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée de Grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'. Car rien n'est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »Alors l'ange la quitta.

 

Á l’Annonciation c’est dans la foi que Marie accueille l’inattendu des paroles que l’ange Gabriel lui dit de la part de Dieu. La question qu’elle se pose : Comment cela se fera-t-il ? N’exprime ni doute, ni peur, mais uniquement le désir de savoir si son engagement personnel est désiré par Dieu.

Aucune préoccupation en elle de l’accomplissement des paroles qui lui sont dites, car elle s’abandonne totalement à Dieu pour le laisser accomplir son œuvre en elle au cœur de sa vie telle qu’elle lui sera donnée à vivre.

 

Dans le combat di « déjà là » et du « pas encore » de notre vie spirituelle, comme Marie, donnons notre foi au « déjà là » du Seigneur dont la plénitude de la vie nous habite. Abandonnons-lui alors nos joies et nos peines et tout ce qui nous est donné à vivre dans la confiance que c’est sa présence agissante qui donne sens, fécondité et joie à tout ce que nous vivons.

De quoi nous encourager à vivre nos réalités quotidiennes dans l’abandon confiant au « déjà là » de la présence de Jésus, notre Sauveur, qui accomplit en nous le « pas encore ».

 

Sœur Andrée Descamps

 

14:43 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.