27/07/2009

Dieu nous offre mille chances de bonheur

CRT00_108-fleurs-marguerites

 

 

 

Dieu nous offre mille chances de bonheur,

mais il nous laisse la joie

de les découvrir

et la liberté d’en user.

 

-Charles de Foucauld-

 

17:09 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

23/07/2009

Une intimité mystique profonde avec le Seigneur.

milos_firopotamos_ii

L’orientation fondamentale de la prière de sainte Jeanne, qui cherchait en tout à penser, à dire et à faire ce qui plaît  le plus à Marie, l’a introduite dans une relation de cœur à cœur, une intimité mystique profonde avec le Seigneur.

 

Comme l’écrit J.F. Drèze : « Marie est non seulement modèle de vie spirituelle, mais encore maîtresse de vie spirituelle. La Vie mariale transforme l’âme en Marie. La Vierge devient l’aide et le lien le plus ferme qui unit par transparence l’âme à Dieu et lui permet d’y arriver plus aisément, et de demeurer parfaitement établie en lui. »

 

09:50 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

19/07/2009

La vierge Marie, modèle de la prière

PICT1353_gallay

 

 

La vierge Marie, modèle de la prière

À deux endroits de l’Évangile, Luc nous présente Marie

comme celle qui conserve,

qui garde en son cœur les paroles entendus, les événements vécus

et qui les médite en son cœur.

Marie nous apprend ainsi que la prière consiste

d’abord à écouter Dieu,

à s’émerveiller de sa parole, de son œuvre d’amour.

Marie n’entre pas en prière en disant :

« Écoute, Seigneur, ce que je vais te dire »,

mais elle lui dit plutôt comme Samuel :

Parle, Seigneur, ta servante écoute. D’après 1Sam.9-10.

Marie prie plus avec ses oreilles qu’avec sa bouche,

mais elle prie surtout avec son cœur,

lieu non seulement des sentiments

mais aussi lieu de la mémoire, de la réflexion, de l’intelligence spirituelle.

Marie est l’orante du cœur.

Marie conservait avec soin toutes ces choses,

les méditant en son cœur tout rempli de foi

en la présence du Seigneur.

 
Soeur Andrée Descamps

08:04 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

14/07/2009

Le « Oui » de Marie

21635iwe9

 

Le « Oui » de Marie
 
Père,
ton fis a dit « Oui », toujours.
Par sa croix et sa résurrection,
une fois pour toutes,
il a planté sur notre terre
le « Oui » qu’éternellement il profère devant ta face.
Ainsi, nous pouvons dire « oui »,
nous aussi, après lui, en lui,
dans la force de son cœur  obéissant.
Son « Oui » nous a devancés
comme celui de sa Mère, notre Mère à tous : Marie.
Tout ce que le cœur humain contient
d’humilité, de disponibilité, d’écoute, d’obéissance
est déjà contenu dans son « Fiat »
et trouve là sa consistance.
Mets dans notre cœur et sur nos lèvres
ce « Oui » de Marie.
Même et surtout aux heures où nous nous demandons
dans l’angoisse ou la perplexité :
« Seigneur, comment tout cela pourra-t-il se faire ? »
 
Père,
accorde-nous la grâce de croire qu’auprès de toi
tout est possible
et donne-nous la joie de dire : 
« Qu’il nous soit fait selon ta parole. »
Amen.
 
Cardinal Danneels.

 

17:55 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

10/07/2009

Le mystère de l’Eucharistie

Sainte Jeanne nous propose de puiser tout spécialement
 
à la Passion du Christ,
à l’Eucharistie
et à la Parole deDieu.

 

Le mystère de l’Eucharistie

 

          Pour introduire les enfants dans le mystère de l’Eucharistie, je leur donne cette parabole. Il y avait, à la fin du siècle dernier, un grand ingénieur parisien qui avait de nombreux enfants, qui voulait leur donner la meilleure éducation possible et auquel il fallait pour cela beaucoup d’argent. Il accepta donc un appel en Amérique du Sud pour y construire de grands barrages. C’était un travail qui couvrait plusieurs années, une quinzaine d’années environ.

Et, comme à ce moment-là on n’avait pas d’avion, que  les transports étaient à la fois très longs et très coûteux, il resta toute cette période éloigné de sa famille, bien qu’il  ne fût en Amérique du sud que pour assurer la subsistance de sa famille et donner à ses enfants la meilleure éducation possible. Dans l’intervalle, sa femme mourut, les enfants se dispersèrent, ils devinrent plus ou moins étrangers les uns aux autres. Il y eut des dissensions entre eux déjà  pour le partage de ce que la mère pouvait leur avoir laissé.

          Quand le père, ayant terminé son travail, revint à Paris, il ne put que constater cette terrible division entre ses enfants, mais il leur  était devenu trop étranger durant cette longue absence pour avoir prise sur eux et pour être en état de les réconcilier. Il mourut sans avoir rétabli l’unité, dans le plus rassemblèrent, comme toujours en pareil cas, pour le testament. Là, personne n’était absent puisqu’il s’agissait de revendiquer sa part.

          Quand ils lurent le testament, ils apprirent, par les dernières volontés de leur père, que toute la fortune dont il disposait était déposée dans un coffre, qui jouait sur un certain nom, dont la clé exigeait la formation d’un certain nombre de lettres, pour pouvoir ouvrir. Ils cherchèrent les noms de la famille, tous les prénoms qui leur étaient connus, et la clé ne joua sur aucun de ces noms.

           Ils relurent le testament et ils virent que les mots : « chercher ensemble » étaient soulignés. Alors ils firent le mot « ensemble ».  La clé joua sur le mot « ensemble » le coffre s’ouvrit, mais aussi leur cœur s’ouvrit. Et ils se retrouvèrent, unis cette fois par  la mort de leur père, ils se retrouvèrent et désormais ne se séparèrent plus, parce que le mot « ensemble », qui était le véritable testament de leur père, ne pouvait plus sortir de leur cœur.

      

koeder
© Sieger Köder    
 

            C’est ainsi, dis-je aux enfants, que Notre Seigneur nous a donné son testament  dans l’Eucharistie, justement pour que nous soyons ensemble. Et c’est unanimité, et c’est cet ensemble indissoluble qui est la condition de notre rencontre avec Lui.

 

« SILENCE Parole de Vie »  Maurice Zundel

 

 

 

 

16:12 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

05/07/2009

faire sa joie

dsc_1037te

 

 

 

Plaire à Dieu,
C’est bien tout le contraire de chercher à se réaliser,
à mériter son amour par une perfection personnelle.
 
Faire le bon plaisir de Dieu,
vouloir faire sa joie, est une spiritualité d’amour désintéressé,
d’amour tout gratuit.
C’est l’attitude la plus désintéressée qui soit vis-à-vis d’un Dieu
dont l’amour tellement grand et humble
met en nous la capacité de faire sa joie.

 

 

 

15:23 Écrit par Annonciade dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer